amouracher


amouracher

amouracher (s') [ amuraʃe ] v. pron. <conjug. : 1>
• 1559 ; amourescher 1530; it. amoraccio, dér. péj. de amore « amour »
Péj. Tomber amoureux (de). s'éprendre; fam. s'enticher, se toquer. Elle s'est amourachée de son moniteur de tennis.

amouracher (s')
v. Pron. Péjor. S'éprendre soudainement (de qqn). Il s'est amouraché d'une fille.

⇒AMOURACHER, verbe trans.
I.— Emploi trans., vieilli. Conduire quelqu'un à éprouver une grande passion, souvent déraisonnable. Je ne sais qui a pu l'amouracher de cette sotte (Ac. 1835-1932) :
1. — Mon cher enfant, dit madame Granson à son fils (...) Si les filles voulaient dire la vérité, mon Dieu, mon enfant, tu serais bien étonné de savoir ce qui les amourache.
H. DE BALZAC, La Vieille fille, 1836, p. 296.
Rem. Attesté comme fam. ds Ac. 1835 et 1878, BESCH. 1845, GUÉRIN 1892.
II.— Emploi pronom., gén. péj. [Le suj. désigne une pers. ou, parfois, un coll.; l'obj., s'il est exprimé, est introduit par la prép. de]
A.— [L'obj. désigne une pers.] Être saisi d'une passion, souvent temporaire, pour quelqu'un; en particulier, pour une femme ne jouissant pas d'une grande considération. S'amouracher de qqn :
2. [la duchesse] : — Dans notre pays, il se voit d'étranges choses, monsieur! Vendramin vit d'opium, celui-ci vit d'amour, celui-là s'enfonce dans la science, la plupart des jeunes gens riches s'amourachent d'une danseuse, les gens sages thésaurisent; nous nous faisons tous un bonheur ou une ivresse.
H. DE BALZAC, Massimilla Doni, 1839, p. 414.
3. — Ce n'est pas tout! poursuivit le chevalier fumant d'indignation, monsieur mon fils s'est laissé enjôler par les Laheyrard, qui l'ont attiré chez eux, et il s'est sottement amouraché de la fille, qui est une écervelée...
A. THEURIET, Le Mariage de Gérard, 1875, p. 116.
4. Comme camarade, donc, j'eus, j'ai encore Claire (...) qui a passé son temps d'école à s'amouracher tous les huit jours (oh! platoniquement) d'un nouveau garçon, et qui, maintenant encore, ne demande qu'à s'éprendre du premier imbécile, sous-maître ou agent voyer, en veine de déclarations « poétiques ».
COLETTE, Claudine à l'école, 1900, p. 13.
5. Alors le vieux éclata tout d'un coup :
— Me prends-tu pour un imbécile et crois-tu que je ne sache pas ce que parler veut dire? Comme si ton manège n'a pas trop duré. Les premiers temps, je n'ai trop rien dit; il faut bien que jeunesse se passe : mon coq est lâché, gardez vos poules. Mais voilà que tu t'amouraches d'une gueuse et que tu veux la suivre, comme si un honnête garçon n'avait pas de honte à s'encanailler pareillement!
É. MOSELLY, Terres lorraines, 1907, p. 263.
6. Cette petite ne s'amourachera sûrement pas de moi, au sens grave du mot, si je laisse notre aventure se développer dans la facilité souriante, si je ne commets pas moi-même la sottise de placer les choses sur un plan inaccoutumé et solennel.
J. ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, La Douceur de la vie, 1939, p. 88.
7. Que les Saint-Cyriens avec leurs gants blancs
Que les Saint-Cyriens se montrent galants
Ils offriront aux dames du champagne
Chacune est un peu pour eux Cendrillon
Tous ces fils de roi d'elles s'amourachent
Si jeunes qu'ils n'ont barbe ni moustache
Mais tout finira par un cotillon.
L. ARAGON, Le Roman inachevé, 1956, p. 32.
Emploi abs., rare. Il est sujet à s'amouracher (Ac. 1835, 1878) :
8. Pasithée, Anna, Circélyre,
Lise au front mollement courbé,
Palmyre en pleurs, Berthe en délire,
S'amourachent par A plus B.
Leurs instincts ne sont point volages.
Les mains ouvertes, en rêvant,
Toutes contemplent des feuillages
De bank-notes, tremblant au vent.
V. HUGO, Les Chansons des rues et des bois, 1865, p. 63.
Rem. Attesté comme fam. ds Ac. 1835 et 1878, GUÉRIN 1892, QUILLET 1965.
B.— Au fig.
1. [L'obj. désigne une pers. représentant certaines valeurs] :
9. Monsieur Armand de Montriveau se trouvait en ce moment, sans le savoir, l'objet d'une curiosité générale, et le méritait plus qu'aucune de ces idoles passagères dont Paris a besoin et dont il s'amourache pour quelques jours, afin de satisfaire cette passion d'engouement et d'enthousiasme factice dont il est périodiquement travaillé.
H. DE BALZAC, La Duchesse de Langeais, 1834, p. 237.
10. Est-ce assez horrible, ce caprice-là! S'amouracher du père Duchêne, faire les yeux doux à la guillotine, chanter des romances et jouer de la guitare sous le balcon de 93, c'est à cracher sur tous ces jeunes gens-là, tant ils sont bêtes!
V. HUGO, Les Misérables, t. 1, 1862, p. 828.
2. [L'obj. désigne un être animé autre que l'homme] :
11. ... l'herboriseur s'éprend et s'amourache De foin de pissenlit, de chiendent, de bourrache.
A. POMMIER, Crâneries et dettes de cœur, 1842, p. 123.
3. [L'obj. est un inanimé abstr.] Il s'est amouraché des sciences occultes (Ac. 1835-1932) :
12. Que peuvent les autres contre l'agitation de votre vie, contre vos désirs qui se croisent, contre votre besoin d'une situation brillante, dont vous vous amourachez, parce que vous n'en voyez que les dehors, contre votre coquetterie qui a peur de la vieillesse, contre votre vanité qui veut se faire remarquer, tandis que votre caractère n'est pas assez fort pour braver les ennemis qu'on provoque toujours en se faisant remarquer?
B. CONSTANT, Journaux intimes, 1804, p. 99.
Rem. On rencontre chez M. Proust un équivalent local, tiré de l'adj. amoureux. S'amouroser de qqn, de qqc. :
13. ... à la vue des mêmes souffrances dont la description l'avait fait pleurer, elle n'eut plus que des ronchonnements de mauvaise humeur, même d'affreux sarcasmes, disant, quand elle crut que nous étions partis et ne pouvions plus l'entendre : « Elle n'avait qu'à ne pas faire ce qu'il faut pour ça! Ça lui a fait plaisir! Qu'elle ne fasse pas de manières maintenant! Faut-il tout de même qu'un garçon ait été abandonné du Bon Dieu pour aller avec ça [la fille de cuisine enceinte]. Ah! C'est bien comme on disait dans le patois de ma pauvre mère :
Qui du cul d'un chien s'amourose,
Il lui paraît une rose. »
M. PROUST, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, 1913, p. 123.
Prononc. : (s') [], (je m') [].
Étymol. ET HIST. — 1530 trans. amourescher « courtiser, rechercher en mariage » (PALSGRAVE, Eclaircis. de la Lang. Fr., p. 784 : Tu n'es qu'ung fol de l'amourescher, or de la prier d'amours, elle n'est pas pour toy); 1558-59 pronom. amourescher (s') « s'éprendre d'un amour peu justifié de qqn ou de qqc. » (MARG. D'ANG., Hept., VI ds GDF. Compl. : Sa femme s'estoit amouraschee d'un jeune homme); 1558 amouracher (s') « id. » (J. DE CORAS, Alterc., p. 256, ibid. : Ce jeune Athenien qui s'amouracha si follement d'une statue colloquée au Pritanee d'Athenes); et seulement pronom. dep. RICH. t. 1 1680.
De même que les subst. amouracherie « démonstration d'amour » (1414, L. DE PREMIERF., Decam, Bibl. nat. 129, f° 215 v° ds GDF. : D'autre part je ne suis pas pucelle a qui bien appartiennent telles amouracheries) et amourachement « amour léger, rapidement conçu » (1542, N. DE BRIS, Institut., f° 62 v° ds GDF. Compl.; 1556, LE MAÇON, Décaméron, VIII, 2 ds HUG. : Je delibere de vous raconter un amourachement de village; trad. de BOCCACE, Dec., 8-2 ds BATT. t. 1 1961 : io intendo raccontarvi uno amorazzo contadino; dans plusieurs autres trad., HUG.), amouracher est formé d'apr. l'ital. amorazzo, amoraccio « amour déréglé » forme péj. de amore « amour » attesté dep. la 1re moitié du XIVe s. (amorazzo), Boccaccio, supra, dep. 1548 (amoraccio), Berni ds TOMM.-BELL. 1929.
Les étymons ital. amoracciare (NYROP, I p. 62; KOHLM. 1901, p. 14; SAR. 1920, p. 55; WIND 1928, p. 190; BL.-W.5; DAUZAT 1968), amorazzare (EWFS2) font difficulté étant donné que ces deux verbes ne sont pas attestés, dans les dict. ital. (notamment TOMM.-BELL 1929, BATT.), voir TRACC. 1907, pp. 104-105.
STAT. — Fréq. abs. litt. :26.
BBG. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BÉNAC 1956. — BRUANT 1901. — FÉR. 1768. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 22. — LE ROUX 1752. — SAR. 1920, p. 55.

amouracher [amuʀaʃe] v. tr.
ÉTYM. 1530, amourescher; de l'ital. (inn)amoracciarsi, de amoraccio, dér. péj. de amore « amour ».
Vx. Rendre (qqn) amoureux. || « Tu serais bien étonné de savoir ce qui les amourache » (Balzac, in T. L. F.). || Quelques œillades l'amourachèrent de cette comédienne (Littré).
——————
s'amouracher v. pron.
ÉTYM. (1551; aussi s'amourescher, 1558).
Moderne.
1 Péj. Tomber amoureux (de qqn). Énamourer (s'), éprendre (s'); et aussi (fam.) coiffer (se), embéguiner (s'), enjuponner (s'), enticher (s'), toquer (se toquer de). || Il s'est amouraché d'une petite actrice.
1 (…) Un jeune fou dont elle s'amourache.
Molière, l'École des femmes, 1032.
2 Elle s'est amourachée d'un grand benêt de vingt-cinq ans (…)
Mme de Sévigné, in Littré.
3 En s'amourachant de Victurnien, la duchesse s'était résolue à jouer ce rôle d'Agnès romantique (…)
Balzac, le Cabinet des antiques.
4 (…) cet homme tranquille, cet homme pratique lui avait échappé. Il s'était amouraché de Lucile (…)
F. Sagan, la Chamade, p. 27.
2 S'amouracher de (qqch.) : être pris d'un engouement subit pour. || Il s'est amouraché des sciences occultes. Enticher (s'), infatuer (s'infatuer de).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • amouracher — AMOURACHER.v. act. Engager dans de folles amours. Je ne sais qui a pu l amouracher de cette sotte. Le plus souvent on dit S amouracher, et il signifie, Prendre une passion folle. Il est sujet à s amouracher. Il s est amouraché des sciences… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • amouracher\ s' — amouracher (s ) [ amuraʃe ] v. pron. <conjug. : 1> • 1559 ; amourescher 1530; it. amoraccio, dér. péj. de amore « amour » ♦ Péj. Tomber amoureux (de). ⇒ s éprendre; fam. s enticher, se toquer. Elle s est amourachée de son moniteur de tennis …   Encyclopédie Universelle

  • AMOURACHER — v. a. Engager dans de folles amours. Je ne sais qui a pu l amouracher de cette sotte.   Il s emploie le plus souvent avec le pronom personnel, et signifie, Prendre une passion folle. Il est sujet à s amouracher. Il s est amouraché des sciences… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AMOURACHER — v. tr. Engager dans un amour peu justifié. Je ne sais qui a pu l’amouracher de cette sotte. On l’emploie surtout à la forme pronominale. Il s’amourache de la première venue. Il s’est amouraché des sciences occultes …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • amouracher — (a mou ra ché) 1°   V. a. Engager dans un amour peu justifié. Quelques oeillades l amourachèrent de cette comédienne. 2°   S amouracher, v. réfl. S éprendre d un amour peu justifié. •   Un jeune fou dont elle s amourache, MOL. Éc. des f. IV, 1.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • amouracher — s Amouracher. v. n. p. S engager en de folles ou illegitimes amours. Cet enfant de famille s est amouraché d une Comedienne, d une servante, d une fille sans bien & sans merite …   Dictionnaire de l'Académie française

  • amouracher — (S ), vp. , avoir une amourette : s amorashî (Albanais, Villards Thônes), s amourashî, s anmourashî (Saxel) ; kmanchî à frigouchî <commencer à fréquenter> (Cordon) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • s'amouracher — ● s amouracher verbe pronominal (italien amoraccio, amour ridicule) être amouraché verbe passif (italien amoraccio, amour ridicule) Porter à quelqu un un amour soudain et souvent temporaire ; s éprendre, se toquer. ● s amouracher (synonymes)… …   Encyclopédie Universelle

  • toquer — [ tɔke ] v. intr. <conjug. : 1> • XVe tr.; du rad. expressif tokk → 1. toucher ♦ Région. ou fam. Frapper légèrement, discrètement. « Cependant, l on toque à la porte » (Queneau). toquer (se) [ tɔke ] v. pron. <conjug. : 1> • 1662; de… …   Encyclopédie Universelle

  • AMOUR — «Dieu aimeras et ton prochain comme toi même.» Toute la civilisation judéo chrétienne est fondée sur ce double commandement énigmatique, dont la théorie freudienne semble fournir la version moderne lorsqu’elle montre l’injonction de jouir comme… …   Encyclopédie Universelle